«Histoires d’elles : Parlez moi de lui » – #24 Le virage

« Histoire d’elles – Parlez moi de lui » , ce sont des témoignages de femmes qui parlent d’amour, de sentiments, des bouts de vies qui ont été confiées à mes petites oreilles attentives. Bien souvent, ma sensibilité fait le travail de retouches. Les grandes histoires sont souvent construites sur des détails et une choses est sûre : ça n’arrive pas qu’aux autres…”

” Lorsque j’ai commencé à conduire : j’avais une peur bleue des virages !

Dans les premier temps, j’avais tendance à fixer mon regard sur les roues, le bord de la route, et j’avais terriblement peur d’atterrir dans le fossé…

Heureusement, une voix bienveillante m’a guidé et m’a expliqué qu’il faut faire exactement le contraire.

Pour passer tranquillement les virages, il faut les embrasser, les accueillir. Il faut porter son regard vers l’horizon, vers le bout de la courbe jusqu’à apercevoir la sortie de ce tournant.

Et surtout : ne jamais lâcher le volant !

J’ai très vite appris qu’un virage n’a rien de définitif : une fois passé, j’en rencontrerez d’autres : peut être même mettrais-je des années pour arriver au prochain ou seulement quelques jours…qui sait ?

C’est ce qui fait le piquant de l’existence.

Même si nul ne peut deviner ce qu’il trouvera au volant de sa vie, mon instinct ne m’a pas trompé. Voilà quelques semaines que j’avais pressenti ce virage !

J’ai donc entrepris de parcourir celui-ci en pleine conscience : il était dur, la courbe était forte et il a fallu bien s’accrocher au volant.

J’ai eu peur !…et je crois que j’ai aimé cela ! … Inconsciemment, l’adrénaline est devenue ma drogue. J’ai tout donné : toute mon énergie, tout mon amour.

Et puis un jour, la route a arrêté de tourner et je suis enfin arrivée au bout de la courbe.

Je porte en moi un étrange mélange de sentiments après un si long virage !

De la nostalgie : On ne revit jamais un virage de la même façon ! Rien ne ressemble à une première fois dans un nouveau virage. Passer un virage, c’est le laisser derrière soi. On y abandonne toujours un peu de soi qui ne reviendra jamais.

Du soulagement : Quand la partie la plus courbe du virage se trouve bel et bien loin derrière soi, quel bonheur de retrouver l’horizon tout entier.

De la liberté : c’est un paysage immense qui s’offre aux yeux qui ont pu quitter la courbe. On y voit loin, on respire…tout est possible !

Après tout cela, je pourrai me croire arriver.

Or dans la vraie vie, la voiture ne cesse d’avancer. Oui, parfois elle ralentie et nous laisse le temps d’apprécier le paysage, jusqu’au prochain virage.

N’attendons pas le prochain virage pour être reconnaissant de ce que la vie a eu a nous offrir :

la vie, c’est maintenant.

Cette liberté qui nous est offerte nous laisse le champ libre à l’Amour avec un grand A. L’Amour de la vie, l’Amour des autres, l’Amour simplement.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s