«Histoires d’elles : Parlez moi de lui » – #23 Les souvenirs sans boîtes

« Histoire d’elles – Parlez moi de lui » , ce sont des témoignages de femmes qui parlent d’amour, de sentiments, des bouts de vies qui ont été confiées à mes petites oreilles attentives. Bien souvent, ma sensibilité fait le travail de retouches. Les grandes histoires sont souvent construites sur des détails et une choses est sûre : ça n’arrive pas qu’aux autres…”

C’est en écoutant une musique qu’il adore, que je me suis demandée : et les souvenirs que je ne peux pas mettre dans une boîte, j’en fait quoi ?

Parce que, même si je peux cacher tous les objets qui me rappelle lui, les livres qu’il m’a offert, les mots qu’il m’a écrit, je fais quoi de tout ce qui m’est évoqué lorsque je traverse les rues de Paris, où lorsque j’entends une musique qu’il aimait, ou pire, lorsque je sens son parfum sur un autre homme…

Il me disait souvent « un jour tu feras comme avec les autres hommes de ta vie, tu nous mettras dans une boîte en carton et puis tu referas ta vie… »

En vérité, comme le dit si bien cette chanson de Stephan Eicher, on ne refait pas sa vie, on continue à vivre et on dort moins bien la nuit, comme moi en ce moment.

Je croyais sincèrement que j’allais pouvoir nous mettre dans une boîte, mais il n’y a pas de boîte assez grande aujourd’hui, pour y mettre le vide immense que créé son absence.

J’aimerai lui en vouloir, mais je n’en ai pas envie.

Je ne me sens pas victime non plus.

« Il faut que tu avances sans moi. Et si tu rencontres quelqu’un de bien, n’hésite pas à vivre. Un jour peut être, on pourra s’aimer : dans dix ans, dans vingt ans…mais en attendant, Tu auras de beaux enfants, tu seras une mère formidable et tu seras heureuse ».

Cela ont été ces derniers mots à mon égard.

Pour pouvoir avancer vraiment, il faut savoir s’arrêter vraiment.

Alors, je ne lutte pas contre le vide, je vie avec.

Je ne cherche pas à « avancer » à tout prix.

J’appuie sur pause, et je regarde autour de moi :

Lorsque je me lève le matin, je pense toujours que la vie est une merveilleuse aventure et le premier mot qui me vient à l’esprit est MERCI.

Merci pour l’amour.

Merci pour les souvenirs, ceux que je ne mettrai jamais dans une boîte et auxquels je penserais bientôt en souriant.

Merci la vie.

Advertisements

One thought on “«Histoires d’elles : Parlez moi de lui » – #23 Les souvenirs sans boîtes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s